Les magistrats doivent appliquer le droit pénal sans crainte ni favoritisme, car cette loi s’applique de la même manière à toutes les personnes, sans distinction de rang, de statut ou de rang dans la société. Les hauts et les puissants doivent être traités de la même manière que les plus humbles et les plus humbles. Les magistrats doivent décider de toutes les affaires pénales sur une base juste, objective et impartiale. Un magistrat doit d’abord décider si l’accusé est coupable ou non après avoir soigneusement examiné tous les éléments de preuve qui lui sont présentés. Si le magistrat déclare l’accusé coupable, il doit alors décider avec soin de la peine appropriée à infliger à la personne condamnée. Le juge est un officier judiciaire nommé pour entendre et trancher des questions de droit. Le magistrat est un officier civil ayant le pouvoir d’administrer et de faire respecter la loi. Il a une autorité judiciaire limitée.

Juge et magistrat : deux termes à ne pas confondre

Juge et magistrat sont deux termes souvent confondus. Beaucoup d’entre nous pensent que les termes juge et magistrat désignent tous deux une seule et même personne. En fait, les deux diffèrent sous plus d’un aspect :

  • Un juge est doté de plus de pouvoirs qu’un magistrat
  • Un magistrat ne dispose que de pouvoirs administratifs et limités en matière répressive. Les pouvoirs exercés par un magistrat sont plus que des agents administratifs. Les magistrats peuvent présider les affaires pénales inférieures et certaines affaires civiles. Ils peuvent gérer des cas tels que des vols mineurs, des crimes mineurs, etc. D’autre part, les juges traitent les grandes affaires.

La classification des magistrats selon le code de procédure pénale

Les magistrats sont classés en quatre catégories conformément aux dispositions du Code de procédure pénale de 1973. Dans chaque circonscription (qui n’est pas une région métropolitaine), la Haute Cour nomme un magistrat judiciaire de première classe au poste de magistrat judiciaire en chef. La Haute Cour peut désigner tout magistrat judiciaire de première classe comme magistrat en chef suppléant. Ce magistrat jouit de tout ou partie des pouvoirs d’un magistrat en chef en vertu du présent code ou de toute autre loi être en vigueur selon les directives de la Haute Cour. La Haute Cour peut désigner tout magistrat judiciaire de première classe de toute sous-division comme magistrat judiciaire subdivisionnaire et le relève des responsabilités spécifiées dans la présente section selon les circonstances.

Un champ d’application très vaste dans l’exercice de ses fonctions

La fonction des magistrats est plus que d’agir comme de simples arbitres dans un match qui sont là pour veiller à ce qu’aucune des deux parties ne commette de fautes. Ils doivent diriger et contrôler le procès conformément aux règles et procédures reconnues et veiller à ce que justice ne soit pas seulement faite, mais que tout porte à croire qu’elle est manifestement rendue. Les magistrats doivent s’efforcer de déterminer la vérité dans tous les cas qui leur sont soumis. Cependant, ils ne doivent pas descendre dans l’arène du procès. Dans ce genre de processus, les magistrats ont le droit et même le devoir d’interroger les témoins et les accusés afin de clarifier des points qui ne sont pas clairs dans leur témoignage.